mardi, 08 août 2017 14:31

Collectif - Fin(s) du monde : 20 récits pour en finir avec l'Apocalypse

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Synopsis

Prévue le 21 décembre 2012 (selon les Mayas ou Hollywood) ou pour dans 3 milliards d’années (selon les astrophysiciens) ; consécutive à un désastre écologique (toujours Hollywood) ou à la collision de notre galaxie avec sa voisine (toujours les astrophysiciens) ; qu’elle soit d’origine humaine ou d’intervention divine... la fin du Monde a toujours été au cœur de nos fantasmes et de nos peurs. Pour perpétuer la tradition, Les Artistes Fous Associés vous invitent à découvrir dans ce recueil 20 récits d’Apocalypse illustrés. Épopée cosmique et bouffonne en rimes et en vers, odyssée hallucinatoire d’un dernier survivant sans cesse rêvant d’un ailleurs hors du temps, recueil de fragments de vie étranges et menaçants dessinant la fin du monde façon puzzle, farce fellinienne sexuelle et féroce, et tant d’autres : venant des quatre coins de la francophonie, des auteurs et des illustrateurs débutants comme confirmés vous font partager leur imaginaire et une part de leur folie. Comme un baroud d’honneur face à l’anéantissement collectif.

Editions Les Artistes Fous associés (2012)
Format : ePub
Science-Fiction

Mon avis

Dans ce recueil, vous découvrirez une vingtaine de nouvelles abordant la fin du monde.

 

Emancipation : Un homme vit seul chez lui et attend qu’une catastrophe arrive... Une nouvelle sympa mais sans plus.

Bibliophobia : Un adolescent tombe amoureux d’une fille qui est dans une secte. Il va tout faire pour en savoir plus. J’ai apprécié.

Ma fin du monde : L’histoire d’un homme atteint d’un cancer. Cette nouvelle est très courte, voire trop courte.

Canicule : La canicule ne s’arrête pas, la fin du monde se précise et un homme s’occupe toujours de son jardin. C’est une nouvelle surprenante et efficace.

De terre et de sang : Un jardinier reste au chevet de sa patronne qui meurt. Cette nouvelle est une métaphore de Mère Nature qui se meurt. C’est original.

Clic ! : Cette nouvelle n’a aucun intérêt.

La prophétesse : Une jeune femme prédit des catastrophes ou les tirages du loto qui se réalisent toujours jusqu’au jour où elle prédit la fin du monde. C’est sympa mais pas plus.

Noxos : Un homme est le dernier survivant et se retrouve dans un univers maintenant peuplé de goules mais heureusement que le fantôme de sa femme le guide. C’est vraiment une nouvelle floue que l’on a du mal à suivre.

Contrat : Un homme passe un contrat avec un démon. Il pense avoir gagné le gros lot mais il se trompe... C’est une nouvelle courte mais bien sympathique.

Je meurs comme j'ai vécu : Les zombies sont partout et un homme tente de survivre. Une nouvelle assez classique à la « Walking Dead » mais j’ai bien aimé avoir les pensées du survivant.

Le carnaval de Cobalt : La Terre est envahie par les extra-terrestres et un homme voit ses facultés physiques décuplées grâce à un sérum qu’il a mis au point. La nouvelle avait l’air bien originale mais la mise en page m’a coupé l’herbe sous le pied.

L'apocalypse selon le prince Jean : Jean Sarkozy est le dernier survivant au monde... Cette nouvelle est bof bof !

Youpi, on va tous mourir ! : La fin du monde est annoncée par les scientifiques et les hommes décident de la fêter. C’est le chaos total, surtout quand ils se rendent compte qu’ils se sont trompés... Marrante mais peut-être un peu trop incohérente.

Khao-Okh : L’Homme sert de nourriture à d’autres hommes... C’est une nouvelle dérangeante, j’ai eu du mal à tout comprendre.

Crises tentaculaires : Un poème sur la fin du monde que j’avoue n’avoir pas lu.

Le club de la fin du monde : Des satanistes capturent un vacancier pour l’offrir à Satan mais l’histoire se retourne contre eux. C’est un porno sanglant que je n’ai pas du tout aimé.

Le gloublou : Sans intérêt.

La fin d'un monde : Des astronautes assistent à la fin de la Terre suite à la chute d’une météorite. Ils sont donc les derniers êtres vivants et leur espérance de vie dans la navette n’excédera pas les quelques semaines. Nous sommes dans un huis clos sordide et cruel entre des hommes et une seule femme... Ils vont la violenter, la violer pour assouvir leurs bas instincts et elle n’a aucun choix... Nous sommes juste des spectateurs, des voyeurs...

Le grand lamento et ... : J’avoue ne plus me souvenir de ces nouvelles...

 

Cette anthologie, comme la plupart des recueils de nouvelles, contient des histoires que j’aime et d’autres que je n’apprécie pas. Mais comme tous les recueils, il y en a pour tous les goûts et dans tous les styles. Personnellement, j’ai trouvé que celui-ci manquait d’une bonne base de travail et de rigueur.

Ma note : 6 / 10

Laissez un commentaire

Je reçois beaucoup de spam (en anglais pour la plupart) qui n'ont rien à faire au milieu de tous vos commentaires. Il n'est aucune question pour moi de faire une quelconque modération, mais je suis obligé d'activer l'approbation des commentaires afin de filtrer tous ces messages non désirés.
Votre commentaire sera mis en ligne rapidement.