jeudi, 06 mars 2014 21:57

Jean-Pierre Mathé - Silhouette ou les miroirs de l'Asie

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Synopsis

« Foisonnement d'images, de senteurs, de sonorités et de sensations qui s'entrechoquent, vibrent leurs échos sur la corde vitale, ravivant en l'Homme la kyrielle des souvenirs pour entamer une danse où les émanations du passé épousent les sentiments présents, s'inscrivent à l'instant de vie en un pêle-mêle harmonieux.
De ce tournoiement coloré, une image issue du passé surgit. Sur ce kaléidoscope mental, elle s'immisce dans le présent, se superpose à lui. Une silhouette s'y dessine, se précise. »


Attention, Objet Littéraire Non Identifé! Loin des carnets de voyage et de leurs clichés, Jean-Pierre Mathé vous invite à contempler ses miroirs de l'Asie comme on se glisserait sur une couchette pour fumer l'Opium. Tour à tour Silhouette, Pèlerin, Troubadour, ... le narrateur aux multiples visages nous mène au-delà de toute image convenue, là où les secrets se cachent dans le brouhaha des foules. Son Asie à lui ne se raconte pas, elle se griffonne ou se peint au couteau, avec la frénésie des possédés.

Editions Atine Nenaud (2013)
264 pages
Aventure / Autobiographie

Mon avis

J'aime les récits de voyages car comme je n'ai pas souvent l'occasion de partir, ils me permettent de m'évader dans un autre pays, à la découverte d'une autre culture...
L'Asie m'a toujours fasciné, surtout celle de l'Est... Dans ce roman, nous visitons différents pays de l'Asie du Sud comme l'Iran, le Pakistan, l'Inde, le Népal, la Thaïlande, la Malaisie... J'aurais bien aimé découvrir la Chine, la Corée et le Japon mais je n'y ai pas eu droit... Chacun ses gouts !

1997, l'Homme est assis dans un restaurant népalais, il a la cinquantaine. Il est avec son carnet, il se souvient, se remémore.
Silhouette, c'est lui au début du printemps 1975, après un passage en Suisse pour amasser un petit pécule, la Route vers Istanbul, la frontière entre Europe et Asie l'attend pour un voyage, des souvenirs, des rencontres...

C'est assez étrange de voir que l'Homme est aussi la Silhouette vingt ans plus tôt, puis le Pèlerin après son émancipation... Mais qui est le Troubadour ? un ami ? sauf que dans le synopsis, il nous est dit que c'est aussi un visage du narrateur mais je n'ai pas remarqué cela... J'ai ressenti et j'ai bien compris que c'était un ami proche, puis un compagnon de voyage... ou alors je me suis totalement trompée. En tout cas, cela m'a perturbé pendant bien les deux tiers du livre mais après, je m'y suis faite.
Par contre le Livre qui parle pour remettre l'auteur dans le droit chemin, c'est étrange mais intéressant.

Les différents personnages sont aussi caractérisés par différents adjectifs suivant l'état d'esprit qu'ils ont à ce moment-là de l'aventure : l'Indécis, le Nostalgique, l'Effondré, la Conquise, la Désabusée, l'Energique, l'Intruse...

Oula que de drogues ! Le narrateur a passé son temps a fumé, il a tout essayé : haschisch, opium, cannabis, héroïne, morphine... Il a même dit : « Si le Christ enfanta les religions du vin : « Prenez et buvez car ceci est mon sang », certains courants hindouistes – les Shivaïstes notamment – communient avec leurs dieux en fumant les feuilles (ganja) ou la résine (charras) du cannabis. » Je ne voyais pas cela ainsi mais c'est vrai que ça aide à planer et donc en entrer en communion avec tout ce qui est spirituel...
Mais il y avait quand beaucoup, beaucoup trop de drogue dans ce roman, plus que les descriptions des lieux, des habitants...

J'ai bien aimé les adjectifs pour caractériser les Miroirs de l'Asie tels que versatiles, déconcertants, trompeurs, insolites, vénéneux... Cela qualifie le ressenti de l'auteur au moment précis où il s'est passé quelque chose... C'est sympa.

Pour conclure, c'est étrange de voir comment était ces différents pays il y a une plus d'une trentaine d'années mais c'est aussi intéressant. Ce livre est plus une ballade sur la route des Indes, qui séduira les adeptes de l'évasion à la recherche d'un voyage intérieur plus qu'un voyage physique. C'est un roman atypique qui trouvera son public.

Ma note : 6 / 10

Je remercie les Editions Atine Nenaud et Livraddict pour ce voyage livresque.
Lu 8371 fois Dernière modification le vendredi, 10 mai 2024 14:52

Laissez un commentaire

Je reçois beaucoup de spam (en anglais pour la plupart) qui n'ont rien à faire au milieu de tous vos commentaires. Il n'est aucune question pour moi de faire une quelconque modération, mais je suis obligé d'activer l'approbation des commentaires afin de filtrer tous ces messages non désirés.
Votre commentaire sera mis en ligne rapidement.

2 Commentaires

  • Posté par Éric descamps (10/03/2014 - 13:24)

    Merci pour cette chronique sur cet ouvrage pour le moins atypique!

  • Posté par Jean-Pierre Mathé (10/03/2014 - 14:31)

    Effectivement, le Troubadour est un ami musicien, compagnon de voyage du Pèlerin.

Le site utilise des cookies pour son fonctionnement et réaliser des statistiques.